Accueil > Le journal du Juvenat > Médée, l'effroi, nouvelle adaptation

Médée l’effroi, une nouvelle adaptation

Le lundi 2 avril, plusieurs classes du lycée Saint-François ont assisté à une représentation théâtrale à l’amphithéâtre du collège Paul Langevin, à Ville-La-Grand. C’est avec leurs professeurs que les lycéens ont pu voir une adaptation contemporaine du mythe de Médée : Médée l’effroi.

C’est au Vème siècle avant J.-C. qu’Euripide écrit la première pièce racontant l’histoire de Médée, imaginée à partir d’un mythe grec. Ensuite, réécrite par de nombreux auteurs, c’est au tour de Chantal Desrues (responsable de l'atelier théâtre dans l'établissement) de remanier cette tragédie. Avec l’aide de Philippe Boinnard, chargé de la mise en scène, et également de toute la compagnie Apartefact, elle a fait du mythe une lecture originale et moderne.

En supprimant les actes et en conservant uniquement une succession de scènes s’égrainant dans un ordre allant de douze à zéro, Chantal Desrues bouscule les règles théâtrales. Au début de la pièce, un compte à rebours est ainsi lancé, Médée symbolise la bombe à retardement. Arrivé à la dernière scène, la tension est à son comble : Médée finit par tout détruire afin de se venger. Enfin, après une heure et demie sur scène, les comédiens ont consacré trente minutes aux élèves et aux professeurs pour répondre à leurs multiples questions.

La plupart des lycéens ne serait sans doute jamais allée voir cette tragédie. Cela dit, c’est une excellente idée de voir une pièce, afin de mieux comprendre comment celle-ci fonctionne. On peut trouver surprenant de voir des personnes que l’on connaît s’impliquer dans une pièce de théâtre, mais cela nous touche.

De plus il est agréable de lire une pièce et ensuite d’aller la regarder jouer, afin de comparer l'écriture et la mise en scène, et ainsi de mieux comprendre l’histoire. Cela permet également de voir l’évolution du théâtre entre le XVIIème siècle et le XXIème siècle.

Adrien Mugnier, lycéen.

Revenir